Retour
au haut
de la
page

Quoi de neuf à l’ÉSO?

Depuis 2010, l’Étude sur la santé Ontario (ÉSO) a travaillé fort pour mettre en place une plateforme de recherche sur les maladies chroniques. En collaboration avec le milieu de la recherche et des Ontariens de partout dans la province, nous suivons présentement la santé d’environ 225 000 personnes et avons recueilli plus de 41 000 échantillons de sang. Nous constituons une base de données renfermant des renseignements sur la santé ainsi qu’une bio-banque pour que les chercheurs puissent mieux comprendre le lien existant entre la génétique, le mode de vie et l’environnement – et l’influence qu’ils ont sur notre santé. Dans la présente section, vous trouverez de l’information au sujet des diverses activités entreprises dans le cadre de l’Étude et les initiatives à venir.
Blood tubes in the laboratory centrifuge

Bulletin de l’Étude sur la santé Ontario, décembre 2020

7 Déc 2020 // Échos de l'ÉSO

Dans ce numéro : À venir – Nous voulons un échantillon de sang! C’est beaucoup plus gros que notre questionnaire sur la COVID-19 Plus de 40 000 participants contribuent à la recherche en cours sur la COVID-19 Découvrez comment vos données seront utilisées De futurs tests sanguins pourraient permettre de détecter le cancer des années

News Image

Comment l’Étude sur la santé Ontario utilisera-t-elle les données provenant du Questionnaire sur la COVID-19?

17 Sep 2020 // Mise à jour

La Dre Victoria Kirsh, scientifique adjointe de l’ÉSO, explique certaines des nombreuses façons dont les données fournies par les participants à l’ÉSO seront utilisée pour enrichir les connaissances à l’échelle mondiale sur la COVID-19.   La vidéo est en anglais et est également disponible avec des sous-titres français.

News Image

Comment les données du Questionnaire sur la COVID-19 ajoutent-elles à ce que nous savons déjà au sujet du virus?

17 Sep 2020 // Mise à jour

La Dre Vicki Kirsh discute de la façon dont les données recueillies au moyen du Questionnaire de l’ÉSO sur la COVID-19 permettront d’éclairer la réponse de la santé publique, en identifiant les personnes qui auront plus probablement besoin de soins critiques si elles sont infectées, et aideront les hôpitaux à définir leur protocole de triage

News Image